Art

Indonésie, partie 2 : Jogyakarta, au cœur de la culture javanaise

Que le temps passe rapidement ! Cela fait déjà sept mois que je suis revenue de mon périple en Indonésie, et pourtant, je n’avais pas encore eu le temps de continuer le récit sur mon blogue. En voici donc la deuxième étape : Yogyakarta (qui s’écrit aussi Jogyakarta).

Ancienne colonie hollandaise, Jogyakarta est située au centre de l’île de Java, non loin du volcan actif Merapi. Autrefois le cœur du royaume Medang (7e siècle), cette région a conservé de nombreux vestiges de la culture javanaise hindou-bouddhiste traditionnelle.

Le calme de Jogyakarta s’oppose clairement au désordre de Jakarta. Dès mes premiers pas dans la ville, je constate qu’il y a moins de bouchons de circulation (même s’il y en a encore !), beaucoup moins de pollution et de lointains paysages montagneux. Cela n’en fait pas une région moins dynamique. Au moindre coin de rue, on peut découvrir des murales rappelant l’art batik, des petites boutiques d’artisans et de savoureux warung, les fameux boui boui indonésiens.

Parlant de gastronomie, Jogyakarta regorge de restaurants offrant des « repas des rois » (Raos en indonésien). J’en ai essayé deux, et bien qu’on y sente un peu l’attrape touriste, on ne peut que s’amuser à l’idée de déguster les spécialités préférées des empereurs javanais !

Temples indou
Temples de Prambanan Crédit photo : Arielle Rakoto

Amatrice de danse et de théâtre, j’ai bien été servie : les spectacles de danse javanaise sont un incontournable dans la région ! Bien que je n’ai rien compris à la représentation à laquelle j’ai assisté, ne parlant pas l’indonésien, j’ai vraiment apprécié les décors, les costumes et la musique envoûtante. Je ne saurai décrire l’expérience de façon précise : on parle de rituels de magie, de rites liés à la vie des villages, de cérémonies et de protocoles royaux. Le tout me fait penser un tout petit peu à la danse polynésienne, bien que la danse javanaise ne s’en rapproche pas tant que ça.

Gastronomie javanaise
Satay de poulet Crédit photo : Arielle Rakoto

On fait rapidement le tour de la ville en quelques jours, mais il faut absolument en sortir pour y voir les joyaux de la région. On peut visiter plusieurs candi, des temples hindous ou bouddhistes indonésiens datant de l’époque d’« indianisation » de l’Indonésie qui a eu lieu entre les 4e et 15e siècles. Borobudur et Prambanan sont deux sites incontournables faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Et puis finalement, le clou du séjour : la montée du Merapi ! Rassurez-vous, je ne me suis pas rendue jusqu’au sommet du volcan le plus actif d’Indonésie. Toutefois, j’ai pu y voir un lever du soleil mémorable et une vue aérienne des temples de Borobudur.

Je crois qu’on ne peut pas passer à côté d’un passage à Yogyakarta en Indonésie. Si je devais y retourner, je retournerai aux warung où j’avais commencé à faire ma marque et je prendrais le temps de visiter tous les musées de la ville. Mais tout ça, c’est pour une autre fois.

The following two tabs change content below.

Arielle

Québécoise d'origine malgache, francophile et polyglotte. Bienvenue dans mon blogue qui, je l'espère, vous fera découvrir des paysages d'ici et d'ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *